Skip to content
FREE SHIPPING ON ALL ORDERS
FREE SHIPPING ON ALL ORDERS
Interview SPOTLIGHT : Daphnée Elisma d'AUBE : La voix des patients sous le cannabis médical

Interview SPOTLIGHT : Daphnée Elisma d'AUBE : La voix des patients sous le cannabis médical

Nous sommes honorés d'avoir un peu de temps pour parler avec Daphnée Elisma, une consommatrice de cannabis médical et membre fondatrice de AUBE : La voix des patients sous le cannabis médical.

 

Question 1 : Merci d'avoir pris le temps de nous parler de votre organisation. Pouvez-vous raconter à nos lecteurs comment AUBE est né ?

 

Ce projet est le fruit d'une longue réflexion sur l'importance d'améliorer l'accès au cannabis médical pour les patients ayant un besoin médical. Au centre de la création de AUBE se trouvent Rebecca Fogel et Me Jaqueline Bissonnette, nos co-fondatrices. Tous deux sont des défenseurs ardents et passionnés des droits de l'homme, de l'accessibilité, de la recherche et de l'éducation de la communauté du cannabis médical. Ensemble, nous offrons une communauté aux patients et autres défenseurs pour exprimer leurs préoccupations et partager leurs connaissances.

La vision première d’AUBE : La voix des patients sous le cannabis médical est de construire une communauté d'aide axée sur des données probantes concernant le cannabis médical et permettre au Québec d’accéder au premier rang en matière de recherche et d’éducation publique en cannabis et cannabinoïdes.

Notre objectif principal est de promouvoir et défendre les droits de la communauté des patients utilisant le cannabis à des fins médicales tout en contribuant à amasser des ressources financières permettant de financer la recherche clinique et contribuer au développement de l’éducation en cannabis et cannabinoïdes.

Notre organisation rassemble des patients ainsi que des professionnels de plusieurs secteurs tels que la santé, la philanthropie, le gouvernement, le monde municipal, le monde des affaires, l’industrie du cannabis et les domaines académique et juridique.

Principalement, notre organisation souhaite devenir un agent de changement particulièrement contre la discrimination basée sur l’état de santé que représente la taxation du cannabis médical qui sévit de longue date et qui se présente comme étant le principal problème à l’accès et à l’abordabilité dont sont victime un grand nombre de patients ayant un accès légal au cannabis médical au Canada.

 

Question 2 : Nous nous sommes rencontrés pour la première fois lors de l'événement Grass on the Hill organisé par le Cannabis Council of Canada. Votre discours a résonné en moi et a suscité une introduction. Pour ceux qui n'étaient pas présents, pouvez-vous partager un peu ce que vous avez partagé et pourquoi c'est important ?

 

Nous avons profité de notre visite sur la Colline du Parlement lors de l'événement Grass on the Hill pour présenter l'impact de la légalisation et de la réglementation sur l'accès au cannabis médical. Nous voulions souligner que malgré plusieurs avancées juridiques qui ont ouvert la voie au cannabis médical dans notre pays depuis 2001, les patients atteints de cannabis médical font face à plus d'obstacles que jamais pour accéder à ce produit thérapeutique. En particulier, l'imposition par le gouvernement fédéral d'une taxe d'accise sur le cannabis médical est totalement inacceptable et incohérente. Cette taxe est généralement appliquée sur le tabac et l'alcool, une taxe que certains appellent la " taxe du vice ". L'appliquer au cannabis médical, à notre sens, crée une injustice sociale et s'ajoute aux différentes barrières auxquelles sont confrontés les patients et nous semble contraire au traitement fiscal réservé aux autres médicaments. Nous avons exhorté le législateur à supprimer la taxe d'accise imposée sur le cannabis médical. Nous avons également fait valoir qu'il est important que le gouvernement contribue à la recherche sur le cannabis médical, car il y a peu de recherche en cours et peu de ces recherches se révèlent être de qualité et de haut niveau. À notre avis, cela est dû en grande partie au manque de financement et à la complexité, aux exigences et aux retards du processus d'approbation pour obtenir une licence de recherche. Nous encourageons le gouvernement à assouplir les exigences et à accélérer le processus d'approbation des licences de recherche afin que le Canada puisse devenir un chef de file dans la recherche sur les cannabinoïdes.

 

Question 3 : AUBE se concentre sur l'aspect médical de l'industrie du cannabis. Comment en êtes-vous venu à vous intéresser au cannabis médical ? Pourquoi était-il important pour vous de fonder AUBE ?

 

En tant que patiente sous cannabis médical depuis 2014 pour traiter les migraines chroniques et atténuer les symptômes débilitants du syndrome douloureux régional complexe suite à une chirurgie du cancer du sein et en tant que juriste de formation, je m'intéresse particulièrement à l'étude de la discrimination fondée sur l'état de santé et la contrainte excessive de la taxation médicale cannabis au Canada.

J'ai fondé AUBE pour encourager le gouvernement à repenser la politique du cannabis médical au Canada afin de permettre un accès non discriminatoire à ce médicament et de mieux servir la promotion des droits humains en permettant aux patients de cannabis médical d'avoir le droit à un niveau de vie adéquat pour leur santé ainsi que défini dans la Déclaration universelle des droits de l'homme.

C'est pour cette raison que notre organisation a quatre objectifs principaux :

  1. Une organisation proactive dans la défense des droits de la communauté des patients consommant du cannabis à des fins médicales.
  2. Une organisation qui soutient le développement de la recherche clinique et l'avancement de l'éducation sur le cannabis et les cannabinoïdes.
  3. Une organisation qui favorise l'accès aux traitements de pointe pour les patients atteints de maladies chroniques.
  4. Une organisation qui vise à améliorer la qualité de vie des patients atteints de maladies chroniques et invalidantes.

 

Question 4 : Le gouvernement fédéral procède à un examen de la législation entourant la Loi sur le cannabis. Nous comprenons que les patients d'AUBE ont participé à la période de soumission publique pour les recommandations de modifications à la législation. Pouvez-vous partager avec nous les principales recommandations que vous avez faites et comment elles affecteront le public ?

 

Nous saluons le fait que le gouvernement fédéral ait adopté une approche globale pour son examen de la Loi sur le cannabis en incluant ceux qui accèdent au cannabis à des fins médicales. Dans cet examen législatif de cette loi révolutionnaire, nous voulons nous assurer que les législateurs saisissent l'importance de comprendre l'impact que la législation discriminatoire sur le cannabis médical peut avoir sur la vie des patients ayant recours au cannabis médical. Profondément convaincus que notre organisation joue un rôle essentiel dans la promotion de l'accès au cannabis médical dans notre pays et dans l'avancement de la recherche, nous croyons plus que jamais que nous devons redoubler d'efforts pour faire avancer la recherche sur le cannabis médical. Nous encourageons les législateurs à prendre des mesures importantes pour réduire la stigmatisation, éliminer les taxes et augmenter les ressources pour la recherche, l'accès et l'éducation sur le cannabis médical dans notre pays.

Pour ce faire, nous recommandons :

  1. Abolir l’imposition de la taxation imposée au cannabis médical et assurer ainsi un traitement fiscal égal aux autres médicaments.
  2. Adopter des politiques et des programmes facilitant la couverture des coûts du cannabis médical en vertu des régimes publics et privés.
  3. Développer et mettre en œuvre un régime national d’assurances-médicaments, appelé le PharmaCare, et inclure le cannabis médical dans la liste nationale des médicaments assurés par le gouvernement fédéral et les provinces.
  4. Transformer le document médical autorisant l'utilisation du cannabis à des fins médicales en une véritable ordonnance (conformément au Code des professions)
  5. Assouplir les exigences et accélérer le processus d'approbation des licences de recherche afin que le Canada devienne un chef de file dans la recherche sur les cannabinoïdes
  6. Développer davantage des programmes de formation pour les médecins, les pharmaciens et les infirmières praticiennes spécialisées (IPS).
  7. Financer la recherche en lien avec les enjeux de santé mentale et la consommation de cannabis médical auprès des femmes appartenant à la communauté LGBTQ+.
  8. Permettre une plus grande facilité de manipulation des contenants dans lequel est emballé le cannabis séché pour les patients aux prises avec des problèmes de santé qui limitent la dextérité.
  9. Prévoir la mise sur pied d’un comité consultatif des patients qui aura spécifiquement pour objectif de mieux définir les besoins des patients.

Ces initiatives se traduiront par des politiques plus progressistes qui réduiraient les obstacles et les difficultés inutiles pour les patients utilisant le cannabis médical.

 

Question 5 : Compte tenu de votre expertise en cannabis médical, quels conseils donneriez-vous à quelqu'un qui envisage le cannabis comme outil médical ?

 

J'encourage tous ceux qui envisagent le cannabis médical à discuter avec un professionnel de la santé pour voir si le cannabis médical peut faire partie de leur plan de traitement. Les patients ont des besoins particuliers qui ne sont pas pris en compte et qui ne devraient pas être assumés par le secteur du cannabis récréatif.  Malgré le fait que les médecins et les infirmières spécialisées sont actuellement peu éduqués sur le cannabis pendant et après leurs études, et sont souvent plus réticents à fournir une autorisation médicale pour le cannabis médical et à élaborer des plans de soins qui l'incluent. Ils sont néanmoins les plus habiles à guider les patients dans le processus de prise de décision. De plus, dans notre mémoire récemment soumis, nous avons également plaidé pour que les patients soient mieux informés sur la façon d'obtenir du cannabis médical tout en obtenant des informations factuelles pour l'utilisation sûre des différentes formes de cannabis, par exemple, l'huile, les fleurs séchées, les capsules, etc.

 

Question 6 : Vous avez créé AUBE pour accompagner les personnes dans leur parcours avec le cannabis médical. Avez-vous eu des personnes ou une organisation pour vous aider à en savoir plus sur le cannabis et sur la meilleure façon de l'intégrer dans votre vie ?

 

Après avoir lutté avec l'utilisation d'opioïdes qui m'ont été prescrits et qui m'ont causé d'importants problèmes de santé. Je voulais essayer le cannabis médical; cependant, mes médecins traitants de l'époque avaient peur de me fournir un document médical. Après une longue recherche, le Dr Michael Dworkind, médecin à Santé Cannabis, a accepté de m'aider dans mon cheminement pour trouver le meilleur traitement pour ma condition. En fournissant des médecins et des éducateurs qui, ensemble, m'ont aidé à déterminer les doses et les produits qui me conviennent, la clinique Santé Cannabis a joué un rôle important dans mon militantisme et ma compréhension des enjeux entourant l'utilisation du cannabis médical au Canada.

 

Question 7 : En tant qu'organisme à but non lucratif travaillant pour soutenir la communauté médicale au sens large, la vision d'AUBE est altruiste. Comment nos lecteurs, et l'ensemble de la population, peuvent-ils aider l'AUBE à atteindre ses objectifs de faire progresser le traitement des personnes atteintes de maladies chroniques et d'approfondir la recherche et l'éducation sur le cannabis?

 

AUBE cherche à engager les membres de la communauté du cannabis médical à unir nos voix pour un plus grand impact social. Ainsi, nous avons plusieurs catégories de membres correspondants à différents niveaux d'implication et de soutien. Quel que soit le type d'engagement auquel vous pouvez vous engager, nous vous invitons à participer à l'amplification de nos voix !

Nous vous invitons à manifester votre intérêt à vous joindre à notre organisation en visitant notre site Internet à l’adresse : https://aubepatients.ca/fr/register/

 

Question 8 : L'industrie du cannabis au Canada est un phare pour le reste du monde, aidant à montrer à l'humanité les vastes avantages du cannabis légalisé. Alors que l'Allemagne, l'Irlande du Nord, les États-Unis et de nombreux autres pays s'engagent dans des discussions sur la légalisation du cannabis, quelles informations leur proposeriez-vous sur la légalisation du cannabis médical ?

 

Tout pays souhaitant légaliser le cannabis médical devrait éviter d'ajouter une taxe sur un médicament dont les patients ont besoin, car il s'agit d'une politique publique discriminatoire et médiocre qui a un impact sur l'accès au cannabis médical pour les patients.

Récemment, le Sénat américain a adopté le Medical Marijuana and Cannabidiol Research Expansion Act, un projet de loi présenté par des sénateurs dans le but d'élargir la recherche sur les médicaments dérivés du cannabis.

Une fois signée par le président américain, et dans la mesure où cette législation atteint son objectif de faciliter la recherche sur le cannabis et ses avantages potentiels pour la santé en accélérant le processus de demande d'études scientifiques sur le cannabis et en supprimant les obstacles existants pour les chercheurs qui retardent fréquemment le processus de recherche, nous risquons de perdre l'occasion pour le Canada de devenir un chef de file dans la recherche sur les cannabinoïdes, en particulier sur les quatre priorités que sont l'innocuité, l'efficacité, le dosage et l'administration.

Il est donc impératif que Santé Canada puisse assouplir les exigences et accélérer le processus d'approbation des licences de recherche afin que notre pays puisse établir une solide réputation dans la course à la recherche sur le cannabis. Le Canada ne doit pas perdre l'avantage d'être l'un des premiers pays occidentaux à légaliser l'accès au cannabis médical et récréatif. Nous croyons que le Canada doit passer du statut de pionnier à celui de chef de file dans le domaine du cannabis médical.

 

Question 9 : Pour les lecteurs et la communauté élargie qui souhaitent soutenir AUBE et sa mission, comment peuvent-ils contribuer à votre mission ?

 

La collecte de fonds est un rôle essentiel pour qu’Aube puisse continuer à défendre les intérêts des patients sous le cannabis médical au Québec. En faisant un don, vous démontrez que la santé des patients est importante pour vous. Votre contribution nous permet d'aller plus loin afin d'offrir aux patients une plateforme pour être entendus et écoutés, et bien plus encore. 

Les lecteurs et la communauté au sens large peuvent également soutenir la mission de Aube en nous suivant sur les médias sociaux et en partageant le contenu que nous publions. Cela nous aidera à sensibiliser les gens à la stigmatisation et aux injustices dont sont victimes les patients qui consomment du cannabis médical.

La défense des intérêts des patients et des acteurs du secteur est également un élément essentiel du soutien à Aube. Plus les patients et les membres de la communauté trouveront de la force dans leur histoire et leur parcours en collaborant avec Aube, plus notre voix sera forte et aura de l'impact. 

 

Question 10 : S'il y a autre chose dont vous aimeriez discuter, mentionner ou souligner pour nos lecteurs, n'hésitez pas à l'inclure ici.

 

En terminant, j'encourage vos lecteurs à agir en écrivant à leur député notamment sur la question de la taxation du cannabis médical et en leur demandant de supprimer cette contrainte excessive pour les patients.

Nous les invitons à défendre avec nous les populations vulnérables et leur capacité à consommer du cannabis dans un environnement sûr et favorable.

Previous article SPOTLIGHT Interview: Daphnée Elisma of AUBE Patients
Next article Virginia Mother Charged with felony murder of her 4 year old

Leave a comment

Comments must be approved before appearing

* Required fields